Dernière mise à jour le jeudi 9 novembre 2017
 

Peter Pallas



Par M. Ottaviani  (10 - 2017)

Biographie


    Peter Simon Pallas, né le 22 septembre 1741, est un naturaliste allemand qui s'est mis au service de l'empire russe. Dès l'enfance, il manifeste un goût très prononcé pour l'histoire naturelle. Il suit des cours d'anatomie et de chirurgie mais aussi de botanique et de zoologie dans les universités de Halle (1758-1759) et de Göttingen (1759-1760). En 1760, il rejoint l'université de Leyde où il obtient un titre de docteur en médecine à l'âge de 19 ans. Il voyage aux Pays-Bas et en Angleterre, enrichissant ses connaissances médicales.

    Il fait la connaissance de Thomas Pennant, naturaliste britannique, avec qui il entretient une correspondance fructueuse. Il s'installe en 1763 à La Haye où il rencontre Samuel Gottlieb Gmelin. En 1766, il rédige Miscellania zoologica qui intègre la description de plusieurs nouveaux vertébrés qu'il a découverts dans les collections du muséum danois. Il devient membre de la Royal Society et de l'académie de Rome à 23 ans et jouit déjà d'une importante notoriété. Il travaille alors sur un ouvrage Spicilegia zoologica qui paraît en deux volumes à Berlin en 1767-1804. Le 22 décembre 1766, il est nommé Professeur d'Histoire Naturelle à l'Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg par Catherine II de Russie qui s'intéresse à l'étude des ressources naturelles de son empire et décide de promouvoir les travaux des savants dans ce sens. Pallas est nommé pour diriger une importante expédition en Sibérie et y collecter des spécimens d'histoire naturelle. Elle est composée de militaires, géographes, botanistes, étudiants, dessinateurs, taxidermistes et biologistes dont les naturalistes allemands Johann Anton Güldenstädt et Samuel Gottlieb Gmelin. A la fin de son expédition, Pallas s'installe à Oufa jusqu'en 1770 pour réaliser le récit de son voyage, Reise durch verschiedene Provinzen des Rußischen Reichs, publié à Saint-Pétersbourg l'année suivante. Puis il repart en expéditions dans les monts Oural et Altaï où il rédige le second volume de son voyage. Pallas projette ensuite d'aller jusqu'en Chine mais il doit y renoncer pour raisons de santé. En janvier 1773, il prend le chemin du retour vers la Russie européenne.

    Au cours de cette expédition, Pallas découvre et décrit de nombreuses espèces de mammifères, oiseaux, poissons et insectes. Toutes ces collections sont rassemblées à Saint-Pétersbourg puis disséminées dans différents musées dépendant de l'Académie des Sciences de Russie et une partie est acquise par l'université de Berlin. Les retombées de ses expéditions dépassent toutes les espérances et la résonance est très importante dans les milieux scientifiques. Pallas passe ensuite de longues années à étudier ces échantillons qui font l'objet de très nombreuses publications.
    Il se lie d'amitié avec Catherine II, sans doute rapprochés par leurs origines germaniques. Elle ordonne que tous les herbiers rassemblés par d'autres naturalistes lui soient accessibles, ce qui permet à Pallas de faire paraître sa Flora Rossica (1784-1788) qui présente plus de trois cents espèces de plantes.
    En 1793, il organise une seconde expédition dans le sud de la Russie, la Volga, l'Astrakhan, la Caspienne, le nord du Caucase, la Crimée et la mer Noire. Il étudie le climat et la topographie du sud de la Russie et de la Crimée. Le jeune peintre Christian Geissler, originaire de Leipzig, fait partie de l'expédition. Au début du mois de février 1793, Pallas fait une chute en traversant la Kliazma gelée. Il contracte une pneumonie et en garde des séquelles jusqu'à la fin de sa vie.
    Il fait paraître, en 1778-1779, Novae species quadrupedum. qui décrit de nombreuses nouvelles espèces de vertébrés de Sibérie. Puis, il entreprend sa grande œuvre, Zoographia rosso-asiatica, qui l'occupera le reste de sa vie et qui paraît en quatre volumes, le dernier paraissant après sa mort. L'ouvrage paraît tout d'abord sans les planches en 1826 puis entièrement illustré en 1831. Il présente plus de 900 espèces d'animaux dont 151 de mammifères, parmi lesquelles près de 50 sont nouvelles pour la science. Pallas réalise une synthèse entre  Linné et Buffon. Il utilise le système binomial mais admet que les espèces ne sont pas fixées définitivement, elles peuvent voir leur apparence évoluer notamment sous l'action des facteurs climatiques.
    Pallas est occupé à la rédaction de sa monumentale Zoographia rosso-asiatica. Il retourne à Berlin en 1810 afin de trouver des illustrateurs pour cette publication et pour s'occuper de sa santé. Il décède  le 8 septembre 1811 à Berlin.

Principaux ouvrages de Pallas

                   

Observations sur la formation des montagnes et sur les changements du globe, Acta Academiae Scientiarum Imperialis Petropolitanae, Saint Pétersbourg, 1777.
Mémoires sur la variation des animaux, Academiae Scientiarum Imperialis Petropolitanae, Saint Pétersbourg, 1780.
Voyages de MPS Pallas en différentes provinces de l'empire russe et en Asie septentrionale, Maradan, Paris 1788-1793.
Voyages en Sibérie, extraits des journaux de divers savants voyageurs, Berne 1791.
Tableau physique et topographique de la Tauride, Nova Acta Academiae Scientiarum Imperialis Petropolitanae, Saint Pétersbourg, 1792.
Flora rossica. 1790
Zoographia rosso-asiatica, l'œuvre maîtresse de Pallas, est publiée en 1831.

Taxons de galliformes qu'il a décrits



Tetraogallus caucasicus Pallas 1811, tétraogalle du Caucase
Perdix dauurica Pallas/ 1811, perdrix de Daourie
Crossoptilon auritum Pallas 1811, hoki bleu
Numida meleagris galeatus Pallas 1767, pintade à casque de l'ouest
Numida meleagris mitratus Pallas 1764, pintade à casque du sud-est

Taxons hors galliformes qu'il a décrits


Phalacrocorax perspicillatus Pallas 1811, cormoran de Pallas (espèce éteinte)
Larus ichthyaetus Pallas 1773, goéland de Pallas
Syrrhaptes paradoxus Pallas 1773, syrrhapte paradoxal ou de Pallas
Cyanopica cyana Pallas 1776, pie bleue à calotte noire
Carpodacus roseus, Pallas 1776, roselin de Pallas
Locustella certhiola Pallas 1811, locustelle de Pallas
Phylloscopus proregulus Pallas 1811, pouillot de Pallas

De nombreux autres taxons (plantes, mollusques, insectes, poissons, oiseaux et mammifères) ont été décrits en son honneur.



Copyright © 2011 - 2017. Tous droits réservés.
ce site est réalisé par les membres de la W.P.A. France
un grand nombre de pages sont libres d'accès par contre les pages concernant la vie de l'association
ou l'organisation de programme de conservation par des groupes spécialisés sont réservées aux utilisateurs munis d'un code d'accès
ce code est délivré exclusivement par le Gestionnaire des adhésions de notre association il est strictement personnel.

mise en place , webmasters Christophe AUZOU et Pascal Wohlgemuth, wpa-france@orange.fr
à l'aide du logiciel TOWeb 3
hébergeur Hosteur.com