Dernière mise à jour le lundi 28 août 2017
 

Les mégapodes


Alain Hennache
(11 - 2012)


    Les Mégapodes constituent un groupe de galliformes vivant actuellement en Indonésie et dans le nord de l'Australie. Aucun mégapode n'est connu sur les îles de Bali, Java, Sumatra ou dans le sud-est asiatique. Leur distribution géographique, autrefois étendue, est aujourd'hui discontinue et résulte de l'extermination de ces oiseaux sur beaucoup d'îles du sud-ouest du Pacifique.
Morphologiquement, ils ressemblent tout à fait à des galliformes, de taille moyenne à grande, par la forme de leur corps et leur plumage. La plupart (sauf le Leipoa ocellé Leipoa ocellata) ont un plumage brun, noirâtre ou gris, sans dessin remarquable. Beaucoup d'entre eux présentent des zones de peau dénudée, sur la tête ou le cou, de couleur jaune, bleu, ou rouge. Deux genres (Alectura et Aepypodius) ont des têtes vivement colorées avec des caroncules. Le dimorphisme sexuel est inexistant, sauf chez une espèce, Aepypodius arfakianus, le Talégalle des Arfak.  Ce sont des oiseaux au corps lourd, vivant sur les sols forestiers, bon piocheurs, qui se nourrissent d'insectes, de graines ou de fruits tombés. Bien que capables de voler (et certains…bien et loin), la marche ou la course, est leur mode de déplacement privilégié.
La famille des mégapodidés compte sept genres et 22 espèces. Leur position systématique a fait l'objet de bien des débats durant deux siècles. Considérés successivement comme proches parents des charadriiformes, puis des columbiformes, des passeriformes, des tinamiformes et même des falconiformes, ils ont finalement été placés, en 1990, par Sibley et Ahlquist, dans les craciformes, regroupant Cracidés et Mégapodidés. Aujourd'hui, à la suite d'études moléculaires et caryotypiques, ils sont considérés comme un groupe sœur, assez primitif, de tous les autres galliformes.
    Les Mégapodidés se caractérisent par un mode de nidification tout à fait particulier. Ils utilisent en effet des sources naturelles de chaleur pour incuber leurs œufs, comme certains reptiles, au lieu de couver comme les autres oiseaux. Il y a trois sources possibles de chaleur : la décomposition de la matière organique (Alectura, Aepypodius, Talegalla, Leipoa, Megapodius) ; l'activité géothermique (Macrocephalus, Eulipoa, Megapodius) ; le soleil (Megapodius). La façon d'utiliser ces sources de chaleur varie d'une espèce à l'autre. Bien que souvent une espèce n'utilise qu'une source de chaleur, quelques- unes peuvent utiliser plusieurs sources suivant les circonstances : construire un tumulus de feuilles en décomposition dans certains sites ou pondre dans un trou du sol, au soleil, dans d'autres sites (Megapodius).
    Les tas de matière organique en décomposition sont construits par le mâle, qui surveille la température du tumulus et la régule en ajoutant ou en retirant de la matière organique fraiche ou en aérant le tas. Chez certaines espèces, les mâles font un nouveau tumulus chaque saison mais sur le même site que l'année précédente. Le tas de matière organique peut alors atteindre 1,50m de haut pour plusieurs mètres de diamètre. Chez d'autres espèces le tas est entretenu en permanence toute l'année, au même endroit. Il peut servir à plusieurs générations et certains tumulus sont connus depuis le début du XXe siècle. Ces nids, énormes, peuvent alors mesurer plusieurs mètres de haut.
    Les espèces pondant dans le sol peuvent soit utiliser des cavités naturelles, à proximité de volcans par exemple, soit creuser des trous dans des plages sableuses situées en plein soleil. La femelle dépose ses œufs à la profondeur assurant la meilleure température d'incubation. Comme ces sites sont souvent géographiquement limités, ils sont utilisés par des centaines d'oiseaux qui, parfois, quittent leur forêt éloignée et parcourent de grandes distances pour déposer leurs œufs. Ces sites sont aussi plus sensibles aux aléas climatiques (pluie continue, fraîcheur persistante, etc.) et les échecs d'éclosion n'y sont pas rares.
    Un tel mode de nidification a bien sûr entrainé des adaptations physiologiques dont les plus remarquables concernent l'œuf et l'embryon. L'œuf  se trouve dans un milieu très humide, pauvre en oxygène et riche en gaz carbonique. Il a donc subi une série de modifications physiologiques pour pouvoir assurer le développement de l'embryon. La coquille est très fine et ses pores changent de forme au cours de l'incubation, devenant plus grands au fur et à mesure que l'embryon se développe et absorbe le calcium de la coquille pour élaborer son propre squelette. Le poussin ne bêche pas la coquille avec le bec mais la fait éclater avec ses pattes : il est alors très développé, beaucoup plus que chez n'importe quelle espèce d'oiseau, et capable de courir, de voler et de se nourrir seul. L'une des périodes les plus délicates se situe  juste après l'éclosion car le poussin doit faire son chemin à travers les matériaux du nid, matière organique ou sable, pour pouvoir sortir à l'air libre. La mortalité est alors élevée.
    Les œufs de mégapodes sont gros puisqu'ils représentent  environ 20% du poids de la femelle. La ponte s'échelonne souvent sur plusieurs mois avec un intervalle inter ponte de plusieurs jours. Chaque femelle peut pondre de 12 à 30 œufs. La période d'incubation est longue : de 50 à 70 jours. Comme l'incubation commence dès la ponte, les éclosions se produisent n'importe quand. Il n'y a pas de synchronisme dans les éclosions, pas plus que de soins parentaux. Le jeune se débrouille seul. La sélection naturelle est importante et le taux de survie probablement faible.
    Peu de choses sont connues sur la structure sociale des mégapodes. Néanmoins, il semble exister deux modèles principaux. La monogamie chez les espèces sans dimorphisme sexuel et une structure apparentée au lek chez les espèces présentant un certain dimorphisme sexuel, au moins pendant la période de reproduction. Pour les premières, les couples sont fidèles et s'occupent ensemble du nid. Chez les seconds le mâle est territorial durant la saison de reproduction. Il construit et entretient seul le nid, qu'il défend contre tout concurrent. Seules les femelles avec qui il s'est accouplé peuvent pondre dans le nid. En dehors de la saison de reproduction  tous les mégapodes sont grégaires et peuvent, par exemple, se rassembler en groupe pour se percher la nuit.
    La taille des œufs de mégapodes (de 75 à 230g), et leur richesse en vitellus, ont, de tout temps, attiré les indigènes qui y trouvaient une source complémentaire de nourriture. Depuis des millènaires, les sites de ponte ont ainsi été pillés. Aujourd'hui la diminution des populations de mégapodes ne permet plus une surexploitation des sites de ponte, et le ramassage des œufs constitue la principale menace qui pèse sur ce groupe d'oiseaux. La destruction de l'habitat, la chasse, la prédation par des mammifères introduits, la fragmentation des populations constituent d'autres menaces qui font craindre une rapide extinction de la plupart des mégapodes.
    Une seule espèce est régulièrement détenue en captivité, le Talégalle de Latham Alectura lathami.


Copyright © 2011 - 2017. Tous droits réservés.
ce site est réalisé par les membres de la W.P.A. France
un grand nombre de pages sont libres d'accès par contre les pages concernant la vie de l'association
ou l'organisation de programme de conservation par des groupes spécialisés sont réservées aux utilisateurs munis d'un code d'accès
ce code est délivré exclusivement par le Gestionnaire des adhésions de notre association il est strictement personnel.

mise en place , webmasters Christophe AUZOU et Pascal Wohlgemuth, wpa-france@orange.fr
à l'aide du logiciel TOWeb 3
hébergeur Hosteur.com