Dernière mise à jour le jeudi 9 novembre 2017
 

L'élevage

Les paramètres d'incubation

Température et humidité nécessaires à l'incubation des oeufs de quelques espèces de faisans.
Par Alain Hennache
(07-2011)

    Nous allons essayer de préciser pour quelques espèces de galliformes couramment détenues par les éleveurs amateurs, les conditions d'incubation des oeufs, c'est-à-dire celles qui sont susceptibles de fournir des résultats optimaux en incubation artificielle.
    Les chiffres avancés ne sont fournis qu'à titre indicatif. Dans tous les cas, un contrôle par la méthode de la pesée permettra d'affiner les conditions proposées qui, rappelons-le, peuvent varier pour une même espèce suivant les individus, l'âge de la femelle, l'alimentation des pondeuses, notamment la teneur en sels minéraux, et le degré de diversité génétique ou la consanguinité.
    Dans la présentation du tableau, chaque espèce, indiquée par son nom usuel français et son nom latin, est suivie de la durée d'incubation observée, de la température optimale d'incubation et de l'hygrométrie nécessaire au développement embryonnaire. La plupart de ces espèces ont été étudiées au Parc zoologique de Clères. Nous fournissons donc, pour celles-ci, les conditions physiques moyennes que nous avons déterminées et que nous avons employées couramment pendant plusieurs années. Enfin, pour quelques espèces, les données sont incomplètes, soit que les chiffres obtenus nous aient semblé douteux, soit que l'échantillon mesuré ait été trop faible.
    En ce qui concerne l'humidité relative, les fourchettes avancées sont celles applicables au niveau de la mer. Une montée en altitude s'accompagne d'une baisse de la pression atmosphérique. La vapeur d'eau diffuse alors plus facilement à travers les pores de la coquille. Il convient donc d'augmenter sensiblement l'hygrométrie à l'intérieur de l'incubateur. Prenons un exemple : au niveau de la mer, la pression atmosphérique est de 760 mm de mercure, mais à 1600 m d'altitude, elle n'est plus que de 625 mm, soit un rapport de 760/625 = 1,22. A 1600 m, la perte en eau est
22 % plus rapide qu'au niveau de la mer. Pour obtenir la même perte de poids de l'oeuf au cours de l'incubation, il faudrait donc augmenter le taux d'humidité relative pour ralentir la déperdition d'eau.

    La lecture du tableau appelle plusieurs remarques :
  • Les oiseaux originaires des milieux chauds et humides nécessitent de fortes hygrométries (faisan de Vieillot, faisan de Salvadori,...).
  • Les oiseaux d'altitude demandent des humidités relatives modestes (faisans montagnards : tragopans, hokis, eulophes, etc).
Nom commun Nom latin Durée incubation (jours) Tempèrature (°C) Hygrométrie relative (%)
Tragopan satyre Tragopan satyra 28 - 30 37°5 40
Tragopan de Temminck Tragopan temmincki 28 - 30 37°5
Eulophe macrolophe Pucrasia macrolopha 26 - 27 37°6 40 - 45
Lophophore resplendissant Lophophorus impeyanus 27 37°5 40 - 45
Coq de la Fayette Gallus lafayettei 20 - 21 37°6 55 - 60
Coq de Sonnerat Gallus sonnerati 20 - 21 37°6 60 - 65
Coq rouge du Tonkin Gallus gallus jabouillei 21 37°6 55 - 60
Coq de Java Gallus varius 21
Faisan à huppe blanche Lophura leucomelana hamiltoni 24 - 25
Faisan argenté Lophura nycthemara nycthemera 25 37°6 45 - 50
Faisan d'Edwards Lophura edwardsi 24 37°6 50
Faisan de Swinhoe Lophura swinhoei 25 37°6 50 - 55
Faisan de Salvadori Lophura i. inornata 26 37°6 60 - 65
Faisan à queue rousse Lophura e. erythrophtalma 24 37°6 60
Grand faisan noble Lophura ignita nobilis 24 37°6 60
Faisan de Vieillot Lophura ignata ruta 25 37°6 60
Faisan prélat Lophura diardi 24 - 25 37°6 50 - 55
Hoki bleu Crossoptilon auritum 26 - 27 37°5 50
Hoki brun Crossoptilon mandchuricum 26 - 27 37°6 45 - 50
Hoki blanc de Tibet Crossoptilon crossoptilon drouyni 24 37°6 45
Faisan de Wallich Catreus wallichi 26 - 27 37°6 45 - 50
Faisan d'Elliot Syrmaticus ellioti 25 37°6 45 - 50
Faisan de Hume Syrmaticus humiae 26 - 27 37°6 45 - 50
Faisan mikado Syrmaticus mikado 26 - 27 37°6 45 - 50
Faisan scintillant Syrmaticus soemmeringi scintillans 24 - 25 37°6 40 - 45
Faisan vénéré Syrmaticus reevesi 24 - 25
Faisan Colchide Phasianus colchicus ssp. 23 - 25 37°6
Faisan versicolore Phasianus versicolor ssp. 24 - 25 37°6
Faisan doré Chrysolophus pictus 22 37°6 45 - 50
Faisan de Lady Amherst Chrysoiophus amherstiae 23 37°6
Eperonnier à queue bronzée Polyplectron chalcurum 22 37°6 50
Eperonnier de Germain Polyplectron germaini 22 37°6 50 - 55
Eperonnier Chinquis Birmanie Polyplectron bicalcaratum bicalcaratum 21 - 22 37°6 50 - 55
Eperonnier Napoléon Polyplectron emphanum 19 37°8 55 - 60
Argus géant Argusianus argus argus 24 - 25
Paon bleu Pavo cristatus 26 - 27 37°5 50
Dindon ocellé Agriocharis ocellata 28 37°5 60

Techniques de perte de poids

      Pendant l'incubation, les oeufs perdent du poids, environ 20% de celui qu'ils avaient lors de la ponte. Avec les techniques de perte de poids, nous nous intéresserons seulement a la période  situées entre le début de l'incubation et le bêchage interne (qui est la durée total d'incubation moins 2 jours). Durant ce laps de temps la perte de poids est à peu près de 15% pour toutes les espèces.
    Ce que nous appelons "bêchage interne", c'est le moment où le poussin déchire la membrane interne et accéder à la poche à air. Il n'a pas encore cassé la coquille mais il commence à respirer l'air dans la poche à air.
    Après le bêchage interne, la perte de poids augmente et l'oeuf peut encore perdre 5 à 10% jusqu'a l'éclosion.
    Pour obtenir des résultats optimums, nous devons contrôler la perte de poids de chaque oeuf à incuber.
    Il est faux de supposer que tous les oeufs d'une même espèce nécessiteront la même humidité pour l'incubation. C'est peut être vrai pour des oeufs pondus dans la nature mais, pour ceux issus d'oiseaux vivants en captivité, cela ne marche pas. La raison est que chacun nourrit ses oiseaux légèrement différemment. les oeufs pondus peuvent donc varier de façon significative. Même si vous donnez la même nourriture que d'autres personnes, vous constaterez souvent que certains oiseaux pondent des oeufs anormaux. Pour résumer, nous pouvons dire qu'en moyenne une espèce d'oiseaux a besoin d'une humidité X mais que , pour obtenir des résultats optimums , nous devons traiter chaque oeufs individuellement. Comme aujourd'hui certaines espèces d'oiseaux sont très rares, très chères, ou les deux à la fois, faire éclore 7 ou 8 oeufs sur 10 n'est pas suffisant. Vous devez obtenir 9 ou 10 sur 10.
      On contrôle la perte de poids d'un oeuf en augmentant ou en diminuant l'humidité d'une couveuse.
      Si un oeuf perd trop de poids ( c'est à dire d'humidité), on peut ralentir sa perte d'eau  en augmentant l'hydrométrie de l'air qui l'entour. de la même façon, si un oeuf ne perd pas assez de poids, il faut diminuer l'hydrométrie dans la couveuse.

Extrait du livre de Rob Harvey que l'on peut trouver à La boutique

Différents logiciels de calcul de la perte de poids

Le baguage

      La solution pour prouver l'origine licite de nos oiseaux: c'est le marquage des animaux. Il permet à la fois d'identifier et de suivre les oiseaux mais également de prouver l'origine d'oiseaux nés et élevés en captivité et non pas d'oiseaux sauvages capturés illégalement dans la nature.

      Ce marquage doit être individuel et permanent. Les oiseaux sont marqués sur le métatarse par la mise en place d'une bague fermée sans aucune rupture ou joint. Cette bague doit garantir la permanence des inscriptions qui y sont portées (pour les bagues réglementaires):
  • Le pays naisseur
  • L'année de naissance
  • Le diamètre de la bague
  • Le numéro de la bague
  • L'organisme accrédité à délivrer les bagues
  • Le numéro de l'éleveur

    Le diamètre de la bague est fixé en fonction de l'espèce ou du groupe d'espèces d'oiseaux auquel la bague est destinée. Après avoir été placée dans les premiers jours ou semaines de la vie de l'oiseau, la bague ne doit pas pouvoir être enlevée de la patte de l'oiseau devenu adulte.

Compte tenu de l'évolution constante de la législation nous ne saurions trop conseiller de baguer avec des bagues réglementaires tous les oiseaux qui naissent dans un élevage d'agrément. Il permet une bonne traçabilité en cas de contrôle.

    La W.P.A. France ne vend pas de bagues, la vente des bagues réglementaires fait l'objet d'une convention avec le Ministère de l'Ecologie et les éleveurs désireux de s'en procurer, peuvent le faire auprès de plusieurs associations dont Aviornis.
Diamètres des bagues

Le sexage des jeunes oiseaux

    Pour certains oiseaux, le sexage est toujours compliqué et source d'erreurs, mais certains critères sont différents sur les deux sexes, ce qui évite d'avoir recours au sexage ADN, voici certains détail.

Le colin écaillé bleu Callipepla squamata
La perdrix grise Perdix perdix
Le lophophore resplendissant Lophophorus impejanus
Le paon bleu  Pavo cristatus
Les perdrix du groupe Alectoris

Elevage des vers à soie pour le nourrissage des jeunes galliformes 

Réaliser un petit élevage de vers à soie  Bombyx mori
par Jacky Rodesch(05-2011)

Les feuilles de mûrier

    Certains insecticides agricoles bloquent les chenilles dans leur développement et les empêchent de filer. Alors attention aux feuilles de mûrier cueillies près des cultures maraîchères. Lavez-les énergiquement à l'eau, puis essuyez-les avec du papier absorbant avant de les donner aux vers.
Note : Enfermées dans un sac plastique, les feuilles se conservent plusieurs jours en bas du réfrigérateur. Renouvelez le stock en fonction de l'appétit des chenilles. Les feuilles doivent rester fraîches et tendres. Elles durcissent en séchant et les vers ne peuvent pas les manger. Astuce: distribuez de petites quantités à la demande et couvrez la boîte d'élevage. Pour les premiers âges, découpez les feuilles en lanières équivalentes à la taille des vers (1er âge, 3 mm ; 2ème - âge, 8 mm).

L'élevage

    La croissance du ver à soie s'étale sur trente jours environ. Elle comprend cinq âges soit quatre mues. Pendant les mues, la chenille ne mange pas. Elle reste immobile et change de peau (on dit qu'elle dort). C'est une période où elle a besoin de calme. Les vers à soie ne boivent pas; ils trouvent l'eau qui leur est nécessaire dans les feuilles de mûrier fraîches. Comme ils ne se déplacent presque pas, déposez les feuilles directement sur eux. Vous verrez, ils passent au travers très rapidement.
    La réussite dépend des soins et de l'attention donnée: changez de litière une à deux fois par semaine. Posez des feuilles de mûrier sur les vers. Ils vont grimper dessus. Déplacez alors l'ensemble, enlevez la vieille litière, renouvelez le papier kraft au fond de la boîte ou de l'aquarium et replacez-y les chenilles. Cette opération dite "délitage" se fait à la sortie de mue où quand la boîte semble trop encombrée de déchets. Enfin, maintenez, durant tout l'élevage, une température constante de 20/24°C. .

Les œufs

    Les œufs ont l'aspect de petites graines (c'est ainsi qu'on les nomme). Jaunes à la ponte, ils virent au brun puis au gris mais restent jaunes s'ils n'ont pas été fécondés. Dès réception, déposez les œufs sur le papier kraft au fond de la boîte, puis placez le petit récipient rempli d'eau sur le côté. N'exposez jamais l'élevage à la lumière directe du soleil. Conservez une température de 20/25°C jusqu'à l'éclosion. Celle-ci peut s'étaler sur deux ou trois jours. Observez-les œufs avec une loupe: la veille d'éclore, ils présentent un cercle noir sur l'extérieur. À la naissance, les chenilles sont noires, poilues et mesurent trois millimètres environ.


1er âge (1 à 4 jours)

    Dès l'éclosion, nourrissez les vers trois à quatre fois par jour avec de jeunes feuilles coupées en très fines lanières ou hachées. Recouvrez la boîte après le repas. À la fin du 3ème ou 4ème jour, les vers à soie entrent en mue ; ils cessent de s'alimenter et restent immobiles. Il faut les laisser tranquilles et attendre un jour ou deux. Surtout ne donnez jamais de feuilles durant les mues.

2ème âge (5 à 9 jours)

    Dès la sortie de mue, les vers retrouvent de la vivacité. Ils perdent leurs poils et prennent une couleur brune. Le nourrissage peut reprendre à raison de 3 à 4 repas par jour. Découpez les feuilles en lanières et placez-les sur les chenilles. Changez la litière comme indiqué plus haut et attendez la mue.

3ème âge (10 à 15 jours)

    À la sortie de leur deuxième mue, les vers sont devenus gris et leur tête a grossi, Le nourrissage peut reprendre avec des lanières de feuilles plus larges. Changez rapidement de litière. Vers le cinquième jour, l'entrée en mue s'observe plus nettement. Notez le triangle brunâtre sur la tête du ver, son immobilité et sa position caractéristique. Respectez toujours le calme pendant la mue.

4ème âge (16 à 21 jours)

    À la sortie de leur troisième mue, les vers à soie sont blancs. Nourrissez-les trois fois par jour avec des feuilles grossièrement découpées en deux ou trois. L'appétit des vers devient féroce; ils adoptent une attitude typique quand ils dévorent. Au sixième jour, ils entament leur quatrième et dernier changement de peau. .

6ème âge (22 à 28 jours)

    Dès la sortie de mue, les vers se réalimentent à une cadence spectaculaire. Ils entrent dans le stade dit de "grande frèze". Il faut les nourrir copieusement, à volonté.. N'hésitez pas à changer la litière tous les trois jours. À la fin. de  leur croissance, ils mesurent 6 à 8 cm, soit 60 à 80 fois leur taille de naissance ! Vers le dixième jour, leur appétit diminue. Ils errent, deviennent translucides et prennent une couleur jaunâtre...
Le moment de tisser le cocon est venu !


Le filage du cocon

    Disposez les rameaux de façon éparse dans la boîte. Les vers investissent les branches et cherchent l'endroit qui leur convient, Ils bavent alors un fil de soie et commencent à filer leur cocon en s'enfermant progressivement à l'intérieur. Pendant trois jours, chaque ver déroule un fil continu de 800 à 1500 mètres ! Une scène intéressante à observer à contre-jour.

La métamorphose et l'émergence

    Au bout de 10 jours environ, le ver à soie s'est transformé en papillon. Vous pouvez suivre les étapes de la métamorphose en coupant le cocon au cutter (attention à ne pas blesser l'animal durant cette opération). Il faut pour cela attendre le deuxième ou troisième jour suivant la fin du filage. Pour s'extraire du cocon, le papillon injecte un acide brunâtre (attention, ça tache !). L'émergence a généralement lieu le matin; un spectacle magnifique à ne pas manquer.

L'accouplement et la ponte

    Dès l'émergence, les papillons s'accouplent. Ils ne volent pas, leurs ailes étant atrophiées par 4000 ans de domestication ! Ils ne s'alimentent pas non plus. Les mâles, plus petits que les femelles, battent vivement des ailes pour se faire remarquer. L'accouplement dure assez longtemps, puis la femelle se retire pour pondre. Les papillons ne survivent que quelques jours. Les œufs fécondés virent au gris, Vous pouvez les conserver au frais jusqu'au prochain printemps. Il suffira alors de les ramener progressivement à 24° pour renouveler l'élevage.

Le dévidage

    Trempez les cocons dans l'eau frémissante pendant dix minutes puis agrippez-en l'extérieur à l'aide d'une brosse à dents. Les fils se détachent aisément. Tirez-les jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'un. Replacez le cocon dans l'eau chaude ; la soie se déroule comme une pelote sur une longueur d'un kilomètre voire plus (vous venez de reproduire le geste de la princesse chinoise Xi-lin-Shi, il y a de cela 4 500 ans !). Cette opération s'effectue avant l'émergence du papillon car si le cocon est percé, le fil est cassé! Si vous ne souhaitez pas "sacrifier" le papillon, essayez, sur un cocon vide ; vous n'obtiendrez pas un fil continu, mais comprendrez le principe.
Désormais, la soie n'a plus de mystères pour vous.


Pourquoi utiliser des vers à soie pour élever les jeunes faisans

    Certains faisans demande des insectes pour démarrer leur apprentissage dans l'alimentation, car dans la nature, c'est leur mère qui les nourrit du bout de son bec, comme par exemple, les roulrouls et les éperonniers. Les éleveurs utilisent souvent des vers de farine qui sont très gras et de plus ont un exosquelette ( la chitine) qui les rend particulièrement indigeste, c'est pourquoi le ver à soie est particulièrement recommandé car pas de chitine, très riche en protéine, pauvre en graisse et un rapport calcium/phosphore de 0.9.


Si cet élevage vous intéresse, contactez moi christophe pour avoir quelques oeufs pour démarrer cet élevage.
Offre réservé aux adhérents de la W.P.A. France


Copyright © 2011 - 2017. Tous droits réservés.
ce site est réalisé par les membres de la W.P.A. France
un grand nombre de pages sont libres d'accès par contre les pages concernant la vie de l'association
ou l'organisation de programme de conservation par des groupes spécialisés sont réservées aux utilisateurs munis d'un code d'accès
ce code est délivré exclusivement par le Gestionnaire des adhésions de notre association il est strictement personnel.

mise en place , webmasters Christophe AUZOU et Pascal Wohlgemuth, wpa-france@orange.fr
à l'aide du logiciel TOWeb 3
hébergeur Hosteur.com